Browsing Tag

Paris

Lifestyle

Le Cab, le chauffeur privé le plus rapide

Quand je monte sur Paris, je déteste prendre ma voiture. J’ai toujours eu peur de conduire à Paris. Je préfère donc y aller en co-voiturage et me débrouiller sur place avec les transports en commun. Seul hic, lorsque l’on doit prendre un avion très tôt le matin lorsque l’on rentre de soirée et qu’il est très tôt. Les transports ne sont pas toujours disponibles.

Continue Reading

Humeur

Ainsi va la vie

J’espère que vous allez bien ce matin ? Non … Moi non plus! J’ai réfléchi tout le weekend à la manière dont je pouvais revenir ici pour parler de choses futiles..

Je me sens si impuissante..  Après de longues minutes à regarder mon écran, j’ai pris des nouvelles de mes amis Parisiens en croisant fort les doigts pour qu’ils me répondent.

J’ai aussi répondu aux nombreux messages de mes amis Néo-Zélandais et je les remercie pour leur soutient.

J’ai passé le weekend collée à FB, Instagram et Twitter, je croyais qu’un message allait tout effacer… J’ai liké les photos d’écrans noirs, les photos de la Tour Eiffel façon « peace and love », les photos de profil bleu, blanc, rouge, j’ai actualisé la mienne aussi.

Depuis vendredi, j’ai pris conscience de ce qu’est la guerre. Quand on est jeune, on en parle en cours d’Histoire, puis on voit des images à la télévision, dans les films ou les jeux mais jamais on ne pense que de tels actes pourraient arriver si près de chez soi.

On aura beau en parler, m’expliquer, comment peut-on commettre de tels actes de barbarie.

Je pense aux familles, aux proches, aux rescapés pour qui leur vie ne sera plus jamais la même.

J’ai peur de la suite, de l’évolution, dans les jours, semaines et mois à venir, nos libertés vont être modifiées, notre vie va forcément changer.

Ce que je sais, par contre, c’est que nous devons continuer de vivre, de sortir, de profiter des plaisirs de la vie, d’aimer et de partager tout cet amour avec nos proches. Prenez soin de vous et des autres.

Je vous embrasse et vous dit à très vite pour reprendre le blog …  Ainsi va la vie

Un des beaux témoignages lu ce weekend >>ici<<

New Zealand

24h30 Goodbye France, Hello Wellington : Partie 1

L’heure du 1er article est arrivé, les plus chanceux ont eu des nouvelles par Facebook, pour les autres voici enfin des news ! Ne comptez pas sur moi pour un article en Anglais, j’ai encore des progrès à faire.. J’ai tellement de choses à vous raconter que l’article risque d’être un peu long… Edit : il y aura 3 parties, parce que sinon personne ne lira l’article jusqu’au bout !

Mon petit avion

Mon petit avion

Samedi 2 novembre, aéroport de Charles de Gaulle, on arrive à la porte avant l’embarquement, les familles pleurent je ne sais pas trop où regarder car je sens que ça monte et que je risque de craquer d’ici peu.. Ma mère rigole mais plus pour longtemps… Vers 19h je crois, l’heure des adieux sonne et là grand vide. A qui se lancera le premier pour me dire au revoir ? Un grand silence et Jules éclate en sanglots suivi par ma mère et moi.. Mon père un peu en retrait finit par verser sa larme.. Le moment d’émotion passé, mes papiers en main, mon billet scanné, il est l’heure de prendre l’escalator et rejoindre la salle d’embarquement. Je me retourne à peine encore un peu sous l’émotion (à ce propos, je suis en train d’écrire et de pleurer en même temps, l’émotion certainement)… Même à l’autre bout du monde je reste sensible.

Je me souvenais d’une chose, « trouve quelqu’un avec une bonne tête et assit toi à côté » dixit maman. Je regarde, je vois un jeune avec un sac à dos, je m’assoie donc à quelques sièges de lui. Un sourire puis hop c’est parti pour 1h de blabla… Bien mieux que les duty-free ! Sans blague, je n’y ai même pas dépensé un centime. Le mec vient de Dax, il n’en est pas à son 1er voyage, mais il m’a dit avoir eu du mal à quitter sa mère sur le quai de gare. Je finis par lui dire que je suis moi-même émue donc on va éviter de remuer le couteau dans la plaie. D’ailleurs en téléphonant à deux amies Estelle et Cécile, j’ai la gorge serré et je finis par pleurer en raccrochant…

21h15, ça y est je rentre dans l’avion, le stress est au maximum je pense mais j’ai qu’une hâte arriver à l’autre bout… Va falloir être patiente, car le voyage est long, très long. Encore plus quand on est grande… Impossible d’allonger mes jambes, j’ai hâte d’arriver à Dubaï. On arrivera à 7h50 soit (4h50 en France je crois). Le vol se passe bien malgré quelques turbulences. J’ai pu admirer le spectacle dehors enfin si on peut parler de spectacle… Parce qu’en réalité c’était des bombardements mais vue du ciel je vous jure que le spectacle de Baghdad était chouette. Bref, Dubaï c’est comme je me l’imaginais, GEANT ! Tout est grand y compris l’aéroport. Il y a de très beaux magasins mais, je suis tellement perdue, j’ai pas dormi, je marche vite pour rejoindre ma porte d’embarquement. J’emprunte de nombreux ascenseur, les 6,5kg de mon sac me font mal au dos mais j’avance, j’ai pas le choix il faut que je trouve cette porte, en plus je suis restée à l’heure française et impossible de voir l’heure quelque part. J’arrive enfin devant la porte, je sors mon passeport et mon billet, le mec me dit « oh j’adore les françaises, you’re beautiful » je souris gentiment mais sincèrement Clo cernée, fatiguée, en jogging, imperméable avec un sac de rando je vois pas trop en quoi je suis beautiful ??  tout ça pour me faire rembarrer par le 2ème contrôleur car je suis en avance.. Je décide donc de me prendre un bon mocha frappuccino chez Starbucks, sauf qu’il y a eu une queue énorme, et que depuis ma place je vois tout le monde rentrer pour embarquer. J’ai bu rapidement et je suis repartie.

Vue sur Dubaï depuis l'avion

Vue sur Dubaï depuis l’avion

Aéroport de Dubaï

Aéroport de Dubaï

Mocha Frappuccino

Mocha Frappuccino

A plus tard, pour la suite du trajet à savoir Dubaï Singapour, Melbourne puis Wellington.